À court d’idées

À court d’idées

  J’ai comme un problème. Je cherche une activité qui : ne sollicite pas trop les yeux (pas de lecture, pas d’ordi, pas de télé, pas de tablette, etc..) ne sollicite pas trop le dos et qui donc se pratique allongée ou semi-assise (pas de balade, pas de photo, pas de sport…) et à l’ombre (pas de transat au soleil…) ne sollicite pas les mains/bras de façon intensive et répétitive (pas de tricot, pas de broderie…) ne coûte pas un rein parce que mon budget loisirs doit rester raisonnable face à budget santé qui explose (pas de thalasso, hein !)

Flowers of the month

Flowers of the month

Il y a presque deux ans je vous parlais de mes tasses Royal Albert ici, réunies à une époque où je me levais aux aurores presque chaque dimanche pour arpenter les allées des vide-greniers. Allez savoir pourquoi, alors qu’en ce moment je suis en très petite forme,  j’ai décidé de prendre le métro tôt ce matin pour aller sur un vide-grenier parisien. Il était annoncé comme étant réservé aux riverains et c’est ainsi que je les préfère. Mon idée de balade matinale était d’autant plus saugrenue que la météo annonçait une journée de pluie. Mais l’envie de me changer les idées a pris le

Revenir

Revenir

Après plus de 6 mois d’absence, je vais essayer de me réapproprier doucement cet espace… Pour commencer je vous souhaite une excellente année 2016 !   Je devais raconter ici mes séjours à Lisbonne, Porto et Florence de l’été dernier parce que c’est ainsi que je garde une trace de mes voyages. Mais je n’en ai jamais pris le temps, et j’ai laissé mes quelques notes éparpillées sur des cartes, carnets et bouts de papier. Je n’ai pas eu pas le courage de rédiger et je n’ai pas eu envie de me battre avec WordPress que je maîtrise absolument pas faute de pratiquer. Je me suis

NYC jour 6

Pour notre 6ème journée à New York nous décidons d’aller découvrir le street art dans le quartier de Bushwick à Brooklyn. Buschwich était un quartier populaire que petit à petit les hipsters se sont approprié. Nous sommes dimanche et les rideaux de fers devraient être descendus ce qui nous permettra de voir un maximum d’oeuvres. Malheureusement, le dimanche c’est aussi le jour des travaux sur la ligne L du métro qui permet d’atteindre le quartier et nous devrons ruser pour atteindre notre but. A notre arrivée nous sommes surprises par l’aspect un peu délabré du quartier et par ses rues désertes. Quel contraste

Tout le mal que je pense de SFR

Tout le mal que je pense de SFR

Je suis chez SFR pour mes forfaits mobiles et pour ma box. En janvier dernier, suite à un appel pour modifier un de mes forfaits, mon interlocuteur SFR me propose la fibre pour ma box. Malgré mon refus je reçois dans l’heure qui suit un mail m’indiquant que je viens de demander la fibre… Aussitôt je rappelle et je veille à faire annuler/résilier une demande jamais faite. Malgré mes appels répétés, je reçois quelques temps plus tard un courrier m’informant qu’un technicien fibre passera chez moi tel jour et que, si je ne suis pas là, son déplacement me sera facturé dans

Le rose de mes pivoines

Le rose de mes pivoines

Chaque année j’attends avec impatience le moment où les pivoines fleuriront. Je n’ai pas de jardin et je doute que ces fleurs se plaisent en pot sur un balcon. Donc, c’est au marché, chez le maraîcher que je m’approvisionne. Hier matin, Monsieur UnAutreJour qui était sorti faire les courses est revenu avec un beau bouquet d’un délicat rose pâle.  

Lecture de circonstance

Lecture de circonstance

Serial lecteur le conseille à ceux qui sont de retour de New York. Voici ce que dit la quatrième de couverture :  Rakel et Hans Olav, jeunes mariés, se réjouissent de découvrir New York. Au cours d’une visite au Metropolitan Museum, Hans Olav tombe en arrêt devant une toile de Georges de La Tour, La Madeleine pénitente. Rakel s’éloigne quelques instants ; à son retour, Hans Olav a disparu. La gardienne lui dit l’avoir vu quitter les lieux au bras d’une femme… Jusqu’alors épouse comblée et sereine, Rakel se trouve brutalement jetée dans la peau d’une jolie femme à la