Madrid depuis ma fenêtre

Juste derrière une façade sombre, un mur orange illuminé par le soleil couchant. C’était l’année dernière, au printemps, à Madrid. J’ai pris la photo, en passant, sans m’attarder. Quand je regarde par la fenêtre de ma cuisine et que mes yeux rencontrent ce mur orange encore dans la lumière alors le toit est déjà assombri, pendant quelques instants je suis à Madrid !

Bleu, Blanc, Rouge

Monsieur UnAutreJour m’observant arroser la balconnière : « Tiens, c’est bleu, blanc, rouge ! »  Dommage que je n’ai pas remarqué cela deux jours plus tôt, parce que j’aurais pu vous mettre cette photo aux couleurs républicaines pour le 14 juillet ! Et là, je sais que ceux qui nous connaissent bien, Monsieur UnAutreJour et moi-même, ne peuvent s’empêcher de (sou)rire !

Ipomée

J’ai adoré mon ipomée bleue de l’année dernière. Je ne pensais pas qu’elle se plairait autant sur le minuscule balcon de ma chambre. Et pourtant elle avait grimpé très haut le long de ma fenêtre. Vous pouvez l’apercevoir ici. Cette année, j’ai deux ipomées, une blanche qui semble ne pas trop vouloir fleurir et une violette qui se porte à merveille.  

Petit déménagement ponctuel

Pour éviter de me retrouver dans une situation délicate, compliquée, stressante, inconfortable au boulot, il fallait que je me décide à travailler un peu à la maison. Cet après midi, je n’avais pas envie de m’installer à mon bureau qui fait face à un mur –enfin une glace plus exactement). J’avais envie de lumière, j’avais envie d’être près de la fenêtre ouverte, j’avais envie d’avoir mes jardinières sous les yeux. J’ai donc tiré ce dernier d’un bout à l’autre du salon.

D’une rambarde à l’autre

En ce beau dimanche ensoleillé, j’ai décidé de rester tranquillement à la maison et en regardant la lumière filtrer à travers les stores bateaux de la chambre jai eu envie de faire une photo. Mademoiselle UnAutreJour a préféré sortir se promener avec son père et elle a photographié les cadenas d’amour accrochés à la rambarde du pont Léopold Sédar Senghor

Lumière solaire

Il en faut parfois peu pour me mettre en joie. « Tout le charme d’un éclairage à la bougie grâce à l’énergie solaire » disent-ils sur l’emballage. Oui, oui, la LED vacillante, donne bien l’impression d’avoir une bougie.   Vu par la fenêtre de la cuisine Par contre, je crois que je vais vite déchanter, car je doute fort qu’en ces journées automnales j’obtienne le minimum de 5 heures d’exposition en plein soleil pour recharger pleinement la batterie…