La Thames Barrier est un ouvrage impressionnant conçu pour protéger Londres des crues de la Tamise.

C’est le barrage mobile le plus grand au monde après celui situé en Hollande. Achevé en 1982, il est situé à Woolwich, en aval de Londres (cad à l’est) près du Millennium Dome et de London City Airport, à un endroit où le fleuve a une largeur d’un demi-kilomètre.

Le réchauffement climatique qui provoque une montée des eaux de la Tamise, l’affaissement progressif de la région londonienne dû à l’instabilité de son sous-sol en argile et l’inclinaison du sud de l’Angleterre au rythme de 30 cm par siècle entrainent des inondations de plus en plus fréquentes. En effet, si pendant les premières années de sa mise en service, les neuf portes gigantesques de la Thames Barrier ont été actionnées une fois tous les deux ou trois ans. En 2003, le mécanisme a été utilisé à dix-neuf reprises et, au cours de l’hiver 2013/2014, les barrières ont du être relevées 43 fois. Souvenez-vous des inondations en Angleterre début 2014. Les spécialistes estiment qu’elles devraient pouvoir encore résister jusqu’en 2030…

Puisque cette fois nous séjournions un peu plus longtemps à Londres, je m’étais promis que j’irais voir ce gigantesque ouvrage. Je pensais tout d’abord me rendre au Thames Barrier Information Centre qui propose une petite exposition sur la construction et le fonctionnement de la barrière et qui, parait-il, dispose d’une jolie vue sur cette dernière depuis son café. Mais je sentais Melle UnAutreJour moyennement intéressée et les horaires d’ouverture, de 10h30 à 17h, ne me convenaient pas car j’avais envie de découvrir ces étranges cônes métalliques en fin de journée, au moment où la lumière devient plus douce.

J’aurais aussi aimé m’y rendre en bateau avec le River Thames Service. Aux beaux jours, les bateaux partent depuis Westminter Pier ou bien Katharines Pier ou encore Greenwich pier et  vous emmènent jusqu’à la barrière. Aucun n’arrêt n’y est prévu, mais vous pouvez les observer avant que le bateau ne rebrousse chemin.  Là encore les horaires ne me convenaient pas vraiment,  le dernier départ étant bien trop tôt dans l’après-midi ( et il faut dire que nous avions fait déjà à deux reprises la partie Westminter-Greenwich à moment de l’année où les bateaux ne poussent pas jusqu’aux barrières…)

Finalement, en faisant quelques recherches sur Internet,  je me suis rendue compte que l’on pouvait tout aussi bien voir les barrières depuis le Thames Barrier Park  dans le quartier de Newham, sur la rive opposée au Thames Barrier Information Centre.  Le trajet jusqu’à la station Pontoon Dock du DLR – Docklands Ligh Railway-  étant assez simple depuis où nous logions c’est donc l’option que j’ai retenue et le dernier jour de notre séjour, en fin d’après-midi, nous avons pris la direction du Parc.

En descendant du DLR, depuis le quai, notre regard a tout de suite été attiré par l’immense Millennium Mills building, ancien moulin industriel, et l’oeuvre de Shepard Feray.

A peine sorties du DLR nous étions déjà dans le Thames Barrier Park avec en contre-bas magnifique « le Green Dock » qui coupe en diagonale le parc et relie les docks historiques à la Tamise. Ce jardin creux symbolise le fleuve grâce aux vagues d’ifs et de végétation. Il y avait peu de monde, quelques familles, aucun de touriste, la lumière commençait à être moins vive et au loin nous apercevions déjà la Thames Barrier.

Lentement nous avons avancé, et je ne regrette pas mon choix, la vue sur la barrière est parfaite..

Peu à peu il m’a semblé que le niveau de la Tamise avait baissé, probablement la conséquence de la marée basse.

Puis, il a bien fallu que nous nous résignions à rentrer car nous avions nos valises à boucler pour le retour en France le lendemain matin. Nous avons donc repris la direction du DLR.

Sur le quai, en attendant le train, j’ai pris quelques photos du Millennium Dome que nous apercevions au loin. Ce gigantesque dôme, aussi appelé l’O2 Arena, a été construit par Richard Rogers pour célébrer l’avènement du troisième millénaire. Il peut accueillir jusqu´a 20000 personnes pour un concert, et sert également de salle omnisport.

Sur cette dernière photo, prise depuis le train,  vous pouvez voir l’Emirates Air Line, téléphérique qui relie Greenwich Peninsula et les Royals Docks en traversant la Tamise. 

Regardez maintenant la photo ci-dessous et vous comprendrez d’où vient la photo 1 de ce billet.

 

Si vous n’êtes pas en overdose de photos vous pouvez aller voir le reste sur mon compte Flickr, ici .